Créer un site gratuitement Close

Histoire

 

 

chateau-des-lascaris-4.jpg 

 

Le Chateau des Lascaris démantelé en 1692  

La localité est peuplée de manière avérée dès 6901. Cité au xie siècle sous son vocable actuel, Tende relevait du comté de Vintimille. En 1261, Guillaume-Pierre I comte de Vintimille, seigneur de Tende, épouse Eudoxie Lascaris sœur du jeune empereur grec d'Orient, Jean IV Lascaris. Dont les fils Lascaris de Vintimille. En 1581, le comté de Tende fut acquis par la Maison de Savoie.

En 1860, les communes de Tende et de La Brigue ne furent pas comprises dans les territoires cédés à la France par le traité de Turin, pour que Victor Emmanuel puisse jouir de ces territoires de chasse. La raison parait dérisoire et, à ce propos, une légende assez enracinée veut que les deux communes aient été conservées par le Piémont pour des raisons "stratégiques". Cela est tout à fait impossible. D'abord, la nouvelle frontière (1861-1947) passait au sud de St Dalmas de Tende où ne se trouve aucun obstacle physique, toutes les gorges placées plus au sud étant entre les mains des Français. La pénétration d'une armée d'invasion eût donc été très facile. Par contre, c'est au nord de Tende que se trouvent les obstacles majeurs, la crête du Mercantour, longtemps franchissable uniquement par un col très difficile (infranchissable en hiver) et seulement bien plus tard par un tunnel ! Ajoutons que les Italiens ne construisirent aucune fortification vraiment sérieuse (juste quelques forts peu redoutables) pour défendre Tende et La Brigue que les Français auraient pu occuper en une demi-journée, preuve qu'ils n'y attachaient aucune importance militaire. Ensuite, penser que Napoléon III ait pu céder ainsi une région hautement stratégique alors qu'elle avait toujours appartenu historiquement au comté de Nice, c'est le prendre pour bien naïf, ce qu'il n'était pas (en 1870, il sera malade, ce qui est différent) et ses diplomates encore plus. Enfin, en 1860, une guerre entre l'Italie nouvelle et la France, qui était en quelque sorte sa "marraine", était, à moyen et même à long terme, impensable. Il faut donc considérer que la raison est bien celle que donnèrent les gouvernements de l'époque, aussi futile soit-elle pour un homme du 21e siècle : Tende, La Brigue, la Vallée des Merveilles et le mont Bego constituaient des territoires de chasse pour le roi Victor-Emmanuel II et l'usage entre souverains était de se faire des petits "cadeaux" de cette sorte. C'est Mussolini qui prétendit bien plus tard affirmer l'"italianité" de la région en construisant la gigantesque gare de St Dalmas de Tende, sur la frontière, dont le bâtiment est délaissé aujourd'hui malgré sa haute signification historique. Il y eut toujours, de 1861 à 1947, un parti "français" à Tende et à La Brigue, mais peu actif. L'occasion lui parut trop belle en 1945, avec la défaite de l'Italie, et il obtint facilement l'organisation du rattachement, confirmé par un référendum qui donna une écrasante majorité à la France. Les Américains laissèrent faire, malgré leur sympathie pour l'Italie nouvelle, et cela leur donna un bon prétexte pour refuser en revanche avec la dernière énergie un référendum similaire dans le Val d'Aoste, que souhaitait de Gaulle pour l'importance stratégique de ces villes. C'est au traité de paix de Paris du 10 février 1947 que ces territoires passent sous souveraineté française, un référendum ayant confirmé la volonté des habitants de devenir français à une écrasante majorité.

La commune de Tende est la plus vaste du département des Alpes-Maritimes.

Depuis 1967, le professeur Henry de Lumley et ses équipes effectuent des relevés et moulages des roches gravées depuis la préhistoire sur les sites naturels de la Vallée des Merveilles et de la vallée de Fontanalbe (moulages exposés au Musée départemental des Merveilles2).

( Source WIKIPEDIA )

 

chateau-a.jpg 

 

 

 

Généalogie des comtes de Tende  par Jean Gallian :  


 Généalogie des familles nobles de Savoie - Tende( cliquer )

 Généalogie des familles nobles Lascaris - Vintimille de Tende

 

 

La communauté protestante vaudoise présente à Tende de 1880 à 1910

Un pasteur luthérien allemand de Nice vient s ' intaller à Tende à la Villa Alpina ( actuellement la mairie ) où il exerça son culte y compris dans la grotte des Cauette creusée dans le Rocher  de la Maïna en hauteur au dessus du cimetière actuel.

 

tende-grotte-2.jpg 

 

Archives du Sénat de Nice

- l'autorisation pour le notaire de Tende de rebâtir une chapelle située dans le quartier de Rioffredo, emportée par une avalanche de neige, déjà obtenue de l'évêque de Ventimiglia (Vintimille) et pour le moine de Saint-Pons Benedetto Grimaldi d'exercer la tutelle de Gio. Battista Onorato et Chiara Grimaldi, enfants de son frère (5 juin 1738)
 

- l'interdiction pour tout particulier, sauf les taverniers, de Tende de vendre du vin demandée par le comte Pietro Antonio Chianea, possédant les gabelles du vin (19-27 février, 19 juin, 28 août 1753)
 

- la construction d'une chapelle champêtre, sous le titre de Sainte-Marie-de-la-Consolation, dans le quartier Riofreddo de Tende, en remplacement d'une ancienne détruite par une avalanche de neige, accordée au chanoine de la collégiale de ce lieu et la collation de la prévôté dans ladite collégiale pour le prêtre Carlo Giuseppe Caissotti (30 octobre 1761)


 - l'autorisation de construire une chapelle dans le hameau de Granile, près de Tende, contenant aussi la requête et des attestations des habitants (2 juin 1770)

- l'interdiction pour tout particulier de pêcher dans les eaux traversant le territoire de la communauté deTende (18 mai - 3 août 1782)
 

- l'autorisation  pour la confrérie de la Miséricorde de Tende d'agrandir sa chapelle pour y former une sacristie, la collation de la cure de Vasia et une dispense demandée par un clerc de Nice pour être investi d'un bénéfice érigé dans l'église de Manta (17 juin 1785)

 

 *****************************************************

 

Confréries et corporations

Document 04E 019 du 01/01/1543 au 31/12/1711 ( Archives du CG06 )

Tende, Confrérie du Saint-Esprit

* Procédure judiciaire entre la confrérie du Saint-Esprit de Tende et le comte Giuseppe Maria Sollaro (Solaro) della Margarita concernant la propriété de deux fermes (s.d.. XVIIe, après 1639), 4 feuillets pliés, en italien.

* "Atti confreria Santo Spirito", comptes tenus par les prieurs élus par la confrérie du Saint-Esprit de Tende mentionnant les recettes et dépenses de l'institution (recettes des biens, dépenses pour messes des défunts, organiste le jour de la messe de la Pentecôte (p. 127, 133, 157), cire rouge, torches, fenêtres (en 1689, p. 164), passage de troupes françaises en 1697, salaire de l'hospitalier (p. 215), toiture (1708, f. 255), nourriture : froment, pois chiches, charbon, coton, vin, huile ..). 1543-1711. 1 registre en latin puis en italien à partir de 1561.déposé par le directeur de l'hôpital Saint-Lazare de Tende, lieu de leur conservation, par M. Yvan Rouvière, le 30 septembre 2009.

 

TENDE SOUS L’ANCIEN RÉGIME : UN AIGLE À DEUX TÊTES 

Archives départementales des Alpes Maritimes 

Par Olivia Antoni  - cliquer sur ce lien 

 

AIMABLE GASTAUD : L’ÂME DU RATTACHEMENT DE TENDE ET LA BRIGUE À LA FRANCE

 

Archives départementales des Alpes Maritimes     

 

Par Christophe COUTTENIER  -Docteur Bernard GASTAUD


cliquer sur ce lien


***************************************************

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site